Penseurs2

L’art de prendre de bonnes décisions (2)

Décider, c’est toujours faire un pari sur l’avenir.  Et pourtant nous aimerions tous avoir plus de certitudes quant à la qualité de nos choix.

A défaut, d’obtenir une certitude absolue, ce double article vous aidera à mettre tous les atouts de votre côté pour que votre décision soit la meilleure possible.

Dans la première partie (pour la lire, cliquez ici), nous avons vu ensemble :

  • le déroulement du processus décisionnel, notamment au niveau de notre cerveau, et
  • comment nous pouvions interroger notre raison pour prendre la meilleure décision.

Il est temps, maintenant, de faire appel à nos ressentis, nos émotions et notre intuition.

 

3° Interroger le cœur

Avant toute chose, gardons en tête, qu’aucune décision importante ne devrait se prendre sous le coup d’une émotion forte.  Notre état d’esprit est symptomatique de l’issue probable de notre décision.

Pour « interroger son coeur », le Dr Spencer Johnson nous invite à se poser cette triple question :

« Ma décision montre-t-elle que je suis honnête vis-à-vis de moi-même, que je me fie à mon intuition et que je mérite mieux ? »

L’intégrité

Nos décisions révèlent nos convictions, nos valeurs, notre intégrité.

Il s’agit ici de ne pas se voiler la face, de ne pas fonder nos choix sur des demi-vérités mais au contraire d’être en lien avec la réalité.  A cette étape, l’avis de personnes extérieures sincères et bienveillantes s’avère souvent bénéfique.

Quelques questions complémentaires à vous poser :

  • Cette décision a-t-elle pour but de nourrir mon égo ou ma réalisation personnelle ?
  • Quelle serait ma décision si je n’avais pas peur et si je me laissais guider par son contraire : l’amour ?
  • La décision que je m’apprête à prendre me permet-elle d’être aligné(e) à mes valeurs, mes convictions ?

L’intuition

Nous avons vu dans la première partie l’importance des marqueurs somatiques.  Il s’avère qu’ils favorisent une prise de décision dans des situations où l’analyse logique des différents choix possibles est insuffisante.  Et si l’impact de ces expériences passées est un guide appréciable, notre vécu émotionnel présent est également un excellent indicateur.

Par exemple, pour Richard Branson, le PDG de Virgin, le niveau d’excitation que lui procure la proposition qui lui est faite est un indicateur important dans sa prise de décision.

Posez-vous également la question : Est-ce que d’instinct, cette décision me satisfait ?

Quand j’envisage ma décision, quel est mon état émotionnel : en paix ou stressé, clairvoyant ou confus ?  Est-ce que cela engendre en moi de la fatigue ou de l’énergie, de l’angoisse ou de l’enthousiasme ?

Notre ressenti émotionnel nous divulgue souvent la conséquence de nos actes.

Le mérite

Souvent l’issue d’une décision reflète ce que nous croyons mériter.

Ici, ce n’est pas tant notre raisonnement intellectuel qui importe mais l’examen de nos décisions et nos actes passés.  Notre présent en est la conséquence.  Est-ce que mon présent répond à mes attentes, à ce à quoi je crois être digne ?
Si ce n’est pas le cas, que vais-je devoir changer ?
Suis-je prêt(e) à effectuer ces changements ?
Suis-je prêt(e) à agir sans délai ?
Que ferais-je maintenant si j’étais convaincu de mériter mieux ?

 

Les décisions et leurs conséquences

Les meilleures décisions s’inscrivent dans une vision et une stratégie globale. Un plan assez souple pour accepter n’importe quel choix dans sa structure, mais assez strict pour rester centré sur le résultat recherché.

Une erreur fréquente est de juger la qualité d’une décision à posteriori en la liant aux résultats obtenus.  C’est juste oublier que les éléments connus à ce jour ne l’étaient pas au moment de la prise de décision.  Il y aura toujours un écart entre le fruit de notre imagination et sa confrontation avec la réalité, quelles que soient les mesures de précaution que nous puissions prendre.

Si vous avez respecté la démarche qui vous est proposée, alors 2 solutions :

  • Vous avez obtenu le résultat souhaité. Parfait, félicitez-vous et célébrer votre réussite.
  • Vous n’avez pas encore obtenu le résultat souhaité. Très bien vous avez certainement beaucoup appris et vous avez plus d’information pour prendre une décision qui votre rapproche du résultat souhaité.

Et dîtes-vous bien que vous avez évité le pire : l’indécision et l’inaction.

Ne rien faire est également une forme de décision, la seule qui vous garantisse l’échec puisque vous perdez toute opportunité de réussir.  Certaines personnes que nous accompagnons connaissent un véritable mal-être au travail depuis de nombreuses années.  Parfois, elles ont attendu d’être en plein burnout ou au bord de la dépression pour réagir.  Pourtant aucun élément nouveau n’est survenu au cours des derniers mois (parfois années).  Elles ont « juste » décidé de ne pas réagir et d’accepter la conséquence inéluctable à leur absence de décision.  Inconsciemment ou non, elles ont « décidé » de choisir la maladie en lieu et place de l’épanouissement.  La peur d’agir les a poussées à ce choix nocif ou ce non choix.

A moins de posséder un don extraordinaire de voyance, il nous est impossible de prévoir toutes les conséquences futures de nos décisions.  En revanche, là où réside notre vrai pouvoir c’est dans le choix de décider, et d’en faire une bonne ou une mauvaise expérience.  A partir du moment où l’intention de départ est écologique, que nous lâchons prise par rapport aux résultats attendus et que nous œuvrons dans la recherche de l’excellence, avec détermination, il est pratiquement impossible d’échouer.  Certaines décisions s’avéreront judicieuses, d’autres moins mais elles nous permettront toutes d’avancer.

Et rappelez-vous,  décider, cela s’apprend.  C’est un talent que vous pouvez développer avec de l’entraînement.  Pour des petites choses pour commencer.  Comme de choisir rapidement votre repas dans un restaurant, de décider le prochain livre que vous allez lire,   par quoi allez-vous commencer votre rangement…  Et graduellement d’en augmenter la complexité.

Jusqu’à prendre la décision qui est peut-être la plus importante de votre existence : celle de créer la vie de vos rêves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

fbb27d7898e67bf5c9831681b7b74a8eHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH