L'optimisme Intelligent

Optimisme réaliste ou optimisme intelligent : Comment le pratiquer ?

Comme vous avez pu vous en rendre compte en lisant notre précédent article sur le sujet, nous ne défendons pas l’idée d’un optimisme béat. Un optimisme qui consisterait à regarder tout évènement avec des lunettes roses  Une sorte de naïveté qui aurait pour but de minimiser ou d’ignorer les faits.  Ce que nous vous proposons c’est un optimisme réaliste ou intelligent fondé sur la confiance. Résolument orienté solutions, il n’en est pas moins conscient des réalités et ses difficultés.

Qu’est que l’optimisme réaliste ou intelligent ?

Dans l’atteinte de tout objectif, il a lieu de distinguer le but et le chemin.

L’optimisme de but consiste à croire que l’objectif que vous vous êtes fixé est atteignable.  La réussite n’est pas une option mais une certitude.

L’optimisme de chemin consiste à croire que cela va être facile d’atteindre le but fixé. C’est là qu’intervient un des pièges, à mon sens, du développement personnel, qui pousse à croire que tout est possible sans parfois tenir compte de la détermination nécessaire pour y parvenir.

Dans un article intéressant paru en 2016, Andreas von der Heydt, directeur Kindle chez Amazon définit les optimistes réalistes comme des personnes qui croient, sans le moindre doute, qu’elles peuvent réaliser les choses avec succès. D’un autre côté, elles sont parfaitement conscientes que leur succès dépend de leur plan d’actions, de l’accès aux ressources nécessaires, de leur capacité à rester focus et persévérantes ainsi qu’à évaluer les différentes options et à agir dans l’excellence. Rester positif tout en étant conscient du challenge est l’apanage de l’optimiste réaliste.

Pessimisme de cheminC’est ce que Philippe Gabiliet[1] qualifie d’optimisme paradoxal : une grande confiance en sa capacité d’atteindre le but fixé (optimisme de but) alliée à la conscience des difficultés qui vont parsemer le chemin pour y parvenir (pessimisme de chemin).

Rappelez-vous, l’optimiste réaliste est orienté solutions.  De ce fait les obstacles sont considérés comme partie intégrante de tout projet et aucun ne devrait être insurmontable.

De l’importance de renforcer la détermination.

L’optimisme réaliste consiste plus à ne pas verser dans la négativité excessive, à remettre en question son dialogue intérieur (ses pensées, ses croyances) et à changer de perspective quand elle vous tire vers le bas, qu’à envisager toutes perspectives futures sous le seul angle positif. Les personnes fortes mentalement sont capables de voir le bon côté des choses sans que leur optimisme n’aveugle la réalité. Etre lucide quant aux challenges qui vous attendent est un avantage.  Avoir confiance en votre capacité à surmonter ceux-ci est un autre atout indéniable de la motivation.

Conscient de la nécessité d’une préparation de qualité, l’optimiste réaliste mettra en place un processus de motivation qui permette à toutes les personnes impliquées de conserver leur détermination quand le ciel s’assombrira. Confrontés à cette situation, les plus optimistes sauront, mieux que d’autres, trouver un mode positif de perception et d’analyse de nature à résister aux frustrations et à trouver les voies permettant de rebondir rapidement.

C’est pourquoi l’optimisme (intelligent) apparaît dans le peloton de tête des critères de choix d’un collaborateur dès lors que sa mission exige persévérance, prise d’initiative, esprit d’innovation et créativité. Il en sera de même si le travail qui lui est confié tend à créer des tensions psychologiques, c’est-à-dire s’il comprend une dose non négligeable de vexations ou d’échecs potentiels.

5 clés pour cultiver l’optimisme réaliste

Dans son livre « Optimiste[2] », le psychologue Alain Braconnier propose 5 pistes pour développer un optimisme intelligent.

  1. Se servir du pessimisme

Bien utilisé, le pessimisme peut servir avantageusement vos projets et vos ambitions. D’abord parce qu’il est anticipateur.  Comme il vous oblige à prendre en considération les obstacles ou facteurs possibles d’échec que votre enthousiasme pourrait vous conduire parfois à minimiser ou à ignorer.  Anticiper les difficultés vous permet de prendre des initiatives plus sereinement qu’en cas de réaction à une crise. Lucidité, anticipation, créativité sont les vertus d’un pessimisme sélectif, mis au service d’un optimisme réaliste.

  1. Raisonner en positif

La recette consiste à emprunter aux optimistes deux particularités de leur raisonnement :

  • la disposition optimiste à penser le futur et
  • le mode explicatif positif des évènements.

La disposition optimiste à penser le futur peut se définir comme une confiance générale à obtenir des résultats. Ou comme la capacité à imaginer qu’il y aura des sentiments, des comportements, des expériences positives à vivre. Le but est d’opposer à l’anticipation de chaque crainte ou obstacle son antidote positif, de manière à rééquilibrer la pensée et les émotions. S’adonner à la visualisation positive, sans souci de réalisme, est également un moyen agréable et efficace de faire barrage à l’anxiété. Parfois, il suffit d’inverser la perspective future « et si tout se déroulait favorablement ».

Le mode explicatif positif des événements a été étudié par des chercheurs en psychologie.  Ils ont qui ont découvert que les optimistes avaient tendance à considérer des épisodes désagréables comme étant momentanés, spécifiques à une situation donnée et liés à des raisons extérieures à eux .  Aussi efforcez-vous à analyser chaque expérience négative en la passant au tamis de ces trois critères.

« Dans les profondeurs de l’hiver, j’ai finalement appris qu’il y avait en moi un invincible été »« Dans les profondeurs de l’hiver, j’ai finalement appris qu’il y avait en moi un invincible été » Albert Camus

  • En complément, voir l’article  « L’optimisme, comment profiter de ses bienfaits au quotidien ? ».

Autre point qui les différencie des pessimistes, les optimistes pensent que le fait d’agir aura des conséquences plus bénéfiques que s’ils laissaient simplement « faire les choses ». Un comportement actif (élaborer une stratégie, faire un choix, poser un acte) est toujours plus positif qu’un comportement d’inhibition ou de passivité.  Que ce soit en termes d’image de soi, de confiance et de vision d’avenir.

3.     Faire avec la réalité

Il convient de chercher l’opportunité qui se cache dans chaque difficulté plutôt que de la considérer comme une invitation à abandonner.  Même si le désir de passer à un épisode plus agréable est bien compréhensible, l’optimisme intelligent ne cède pas à la tentation des décisions hâtives. Il prend le temps d’accompagner ses émotions négatives et d’analyser les faits. Ensuite, il peut porter un regard distancié et ingénieux sur la situation :

  • Que m’a-t-elle appris (sur moi, sur les autres) ?
  • Quelles améliorations puis-je apporter (formations, informations…) ?
  • Quelles perspectives m’ouvre-t-elle (changer de voie, de mode opératoire,…) ?
  • Quel est le premier petit pas à ma portée ?

Enfin, l’optimiste intelligent fera la distinction entre la détermination et l’acharnement. Il existe parfois des problèmes définitivement ou momentanément impossibles à résoudre. Demander l’avis d’experts sur ce sujet précis s’avère alors capital.

4.     Savourer sa vie

Prendre conscience de la dose de confiance en soi et en l’avenir qu’il vous a fallu pour arriver là où vous êtes est le premier pas pour continuer à avancer.  L’énergie vitale qui vous anime ne demande qu’à être activée, canalisée puis utilisée. Certaines postures la renforcent et la nourrissent :

  • Savourer la beauté du monde qui vos entoure vous ouvre l’esprit et le cœur.
  • Construire des cercles vertueux, en s’appuyant sur vos petites réussites permet de gagner en confiance et en ambition.
  • Prendre du recul et mettre vos pensées à votre service. Prenez le temps de penser, de questionner, de vous informer, d’imaginer et de rêver.  Et évier de sauter aux conclusions hâtives, de généraliser, d’user de préjugés et de fausses certitudes.

5.     Questionner ses regrets

 » Depuis trop longtemps, son esprit était trop préoccupé par le passé pour évaluer les possibilités du présent. «  Val MacDermid.

L’optimiste intelligent évite les généralisations négatives et de se focaliser sur ses blessures ou ses échecs. Son regard vers le passé lui sert à extraire des moments de réussite, de bonheur ou de simple bien-être. Cette attitude lui permet de préserver son estime personnelle ainsi que sa confiance dans ses ressources et dans le futur.

Pour agir en optimiste réaliste, ne laissez pas certains regrets occuper votre espace mental et émotionnel. Déconstruisez ces obstacles qui vous empêchent de vivre ici et maintenant et taisent vos désirs. Il est nécessaire de recontextualiser l’objet de ces regrets puis de les réactualiser.

Voici quelques questions que vous pourriez vous poser :

  • De quel désir le regret était-il attaché ?
  • À quelle époque de votre vie s’est-il manifesté ?
  • Votre désir est-il encore important pour vous aujourd’hui ?
  • Qu’est-ce qui vous a empêché d’atteindre votre désir ?
  • Qu’auriez-vous pu faire en plus ou différemment pour réussir ?
  • Est-il encore réalisable ? Et si c’est le cas, à quelles conditions ?
  • Qu’est-ce que cette réussite vous apporterait ?
  • Etes-vous certain(e) que votre désir soit tellement spécifique et/ou intense que rien d’autre ne vous apporterait des bénéfices comparables ?

Ce questionnement a le mérite de vous sortir du fantasme ou d’une position passive ou de victime. Et de vous remettre face à notre désir actuel.

Si l’humain n’était pas foncièrement optimiste, il ne grandirait pas, ne marcherait pas et n’acquerrait aucune compétence. L’enfant accepte les difficultés et les échecs car son besoin de découvrir le monde est fondamental et tellement précieux.  Et si c’était cela la clé de l’optimise intelligent : se préparer au mieux pour découvrir le monde et ses opportunités, persévérer face aux difficultés pour réaliser vos rêves et ré-enchanter votre monde ?

 

[1] Eloge de l’optimisme : Quand les enthousiastes font bouger le monde, Philippe Gabilliet.
[2] Optimiste (L’optimisme intelligent) d’Alain Braconnier, Editions Odile Jacob.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

99a32223690b5247772f4c05c23f722bEEEEEEEEEEEEE